10 aliments trafiqués à éviter absolument !!!

L’industrie agro-alimentaire est (comme son nom l’indique), une véritable industrie qui produit des aliments. Et dans industrie, j’entends bénéfices.

N’allez pas imaginer un seul instant que l’on se préoccupe de votre santé !

Si vous achetez aveuglément ce qu’on vous propose dans les supermarchés, vous ruinez votre santé vitesse grand V. Pire encore, les produits vantés dans les spots publicitaires.

Aliments
Publicité pour des filets de poulet

On nous fait croire que nous sommes “protégés” par des lois et des contrôles sanitaires… Mais les consommateurs avertis ne sont pas dupes. Ne nous laissons pas dicter nos achats par les pubs et les grosses marques qui ne pensent qu’à leurs profits, au détriment des règles de santé. L’industrie alimentaire n’en a qu’après votre argent, peu importe les poisons qu’ils nous vendent !

Mais bon, s’ils vendent les produits, c’est bien parce qu’on les achète…

Reprenons le pouvoir !

Plus nous serons nombreux à boycotter les produits industriels toxiques, moins ils se vendront.

Enfin, je m’enflamme…

Mais comme le disait si bien Coluche : « Il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende pas. »

Bref, j’ai sélectionné pour vous 10 des pires produits à ne plus consommer, si vous ne voulez pas vous empoisonner trop vite ! En fait, j’ai eu beaucoup de mal à me limiter à 10. En tout cas, ceux-là sont vraiment à proscrire !

 

 

1) Le miel :

Le miel de supermarché est de qualité plus que douteuse. Pas moins 30% des pots de miel commercialisés sont frelatés ! En grande partie importés d’Asie (Chine, Vietnam), de Bulgarie, de Turquie ou autres pays à bas coûts, ces pots de miel sont vendus dans nos supermarchés, en toute légalité !

Le miel de supermarché est de qualité plus que douteuse. Pas moins 30% des pots de miel commercialisés sont frelatés !


La première manipulation consiste à couper le miel avec de l’eau. Afin d’éviter qu’il ne fermente sous la chaleur, ils y ajoutent des antibiotiques de synthèse. Mais la fraude ne s’arrête
pas là !

Pour faire toujours plus de profits, certains industriels lui ajoutent un mélange de sirop de glucose et de fructose liquide, un colorant caramel pour la couleur dorée, et le tour et joué. Pour parfaire la supercherie, ils rajoutent quelques grains de pollen et les tests de laboratoires ne détectent aucune anomalie ! En fait, si les ratios – pollen – colorants et arômes – et sirops de sucres ajoutés sont bien
équilibrés, il est pratiquement impossible de détecter la fraude.  C’est de la contrefaçon synthétique, de la savante supercherie… Ce “miel” là n’a plus grand chose en commun avec le miel des abeilles… Fabriqué de toute pièce, il n’a plus rien de naturel…

 

Les appellations


Mais encore. Les origines et appellations soulèvent également de la controverse. Devant l’ampleur des manipulations possibles, n’achetez pas un pot si vous voyez l’appellation « miel de fleurs hors
UE ». Non pas qu’en Europe tout soit bon, mais si le miel vient de pays lointains, les risques d’avoir du “faux miel” sont beaucoup trop élevés à mon goût.


Le miel est un aliment santé par excellence, consommé depuis des millénaires. Il contient de nombreux bienfaits dont notamment la capacité à renforcer le système immunitaire. Vous pouvez relire mon article sur l’importance du système immunitaire ici.  Le miel nous aide à nous protéger des infections et bactéries. D’ailleurs, les produits de la ruche sont globalement tous bons pour la santé ! Vous pouvez revoir mon article sur les bienfaits de la gelée royale ici. Mon conseil est de choisir un miel d’apiculteur, idéalement dont vous connaissez l’origine. A défaut d’un producteur local et bio, vous trouverez des pots de miel en magasin bio.

 

Voici quelques conseils pour vous aider dans vos choix :

 

  • le nom de l’apiculteur doit apparaître sur le pot
  • le miel peut être dur, crémeux ou éventuellement liquide, selon les fleurs qui ont été butinées (tandis que le faux miel est presque toujours liquide).
  • attention aux prix trop attractifs et au marketing qui vous promet du “bon et pas cher”…
  • idéalement, achetez votre miel directement à l’apiculteur !

 

 

 

2) Le ketchup :

Le ketchup de supermarché n’a pas grand chose à voir avec de la tomate ! Idem pour les sauces toute prêtes, bien rouges… Quand on en connait l’origine et le fabrication, on n’a plus du tout envie d’en consommer !!

Le ketchup de supermarché n’a pas grand chose à voir avec de la tomate !

Cliquez sur ce lien pour découvrir mon article : “La terrifiante réalité des ketchups et sauces tomates de supermarché”

Il est quasiment impossible de trouver de la sauce ou du concentré de tomate de qualité en supermarché étant donné que l’origine des matières premières est rarement connue et traçable.

Solution : faites votre sauce vous-mêmes !

Surtout en cette saison ou les tomates plein champs sont faciles à se procurer sur les marché locaux ou auprès de petits producteurs…

Cliquez sur ce lien pour découvrir mon article : “Ketchup maison : ma recette miracle !”

 

 

 

3) La charcuterie :

La charcuterie contient souvent des nitrates ou des nitrites de synthèse.  En plus, les matières grasses y sont souvent trop élevées. On peut trouver jusqu’à 45g de graisses pour 100g de charcuterie !

La charcuterie contient souvent des nitrates ou des nitrites de synthèse.

Il existe des marques sans nitrates ou nitrites de synthèse, mais ces produits n’ont souvent pas la couleur rose caractéristique des nitrites.

Hum, qui veut du bon jambon d’York bien rose et frais, bourré d’additifs et d’antibiotiques…?

 

 

 

 

 

4) Les céréales du petit déjeuner, le pain de mie industriel :

Avant de me renseigner sur le sujet, comme beaucoup de mamans je pense, je donnais des céréales à mes enfants.

Comme les barres chocolatées du petit déjeuner, les céréales ont un apport élevé en matières grasses et en sucre (sirop de glucose-fructose)

Comme les barres chocolatées du petit déjeuner, les céréales ont un apport élevé en matières grasses et en sucre (sirop de glucose-fructose). Pour 100g , on trouve un taux de lipides allant de 15g à 20g.  C’est également le cas pour le pain de mie industriel qui peut être jusqu’à 50% plus salé qu’un paquet de chips de 25g ! 

Il est donc préférable de limiter votre consommation de tels aliments transformés. Prenez du bon pain artisanal pour vos sandwiches cet été !

Pensez à regarder toujours la liste des ingrédients (même si ça fait peur !) Surtout la teneur en glucides et en lipides.

Cet avis est d’ailleurs partagé par l’Inserm, déclarant en février 2018 qu’une « augmentation de 10 % de la proportion d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire » avait été mise en lien avec une « augmentation de plus de 10 % des risques de développer un cancer au global et un cancer du sein en particulier ».

Retrouvez mon article sur les risques du cancer ici.

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas !!!

Pensez à lire les étiquettes et servez-vous de cette application dont je vous ai parlé ici et là pour vous aider dans vos choix.

 

 

5) Le déshydraté :

Beaucoup trop d’additifs ! Des arômes, des exhausteurs de goût, du glutamate monosodique et autres noms barbares envahissent bon nombre de produits transformés.

Des nouilles déshydratées qui se targuent d’être “riches en légumes” mais dont les ingrédients ne contiennent qu’une quantité minime  de végétaux (moins de 1% !)

Les épices et les arômes naturels, oui, mais les succédanés de légumes, non ! Apprenons à les débusquer !

 

 

6) Les aliments « sans sucre » ou « sans gluten »

Aïe, aïe, aïe…!

Ceux qui croient bien faire en consommant du light se font encore plus de mal…!

Les produits sans sucre ou light sont de moindre qualité que les produits classiques !

Les produits sans sucre ou light sont de moindre qualité que les produits classiques ! En plus, ils vont souvent contenir des additifs. Le “zéro sucre” contient des additifs et de dangereux édulcorants. Pire que le sucre lui-même, puisqu’ils sont soupçonnés de développer une addiction… au sucre !

Idem pour les produits sans gluten, très à la mode et qui fleurissent sur les étalages ! Les produits sans gluten doivent au moins porter le logo officiel de l’Association Française Des Intolérants Au Gluten (AFDIAG). J’ai développé une méfiance particulière pour ces produits à effet de “mode”. Les enjeux sont trop élevés. L’industrie alimentaire s’est engouffrée dans cette brèche de santé publique. Méfiance !

Il existe toute une “littérature” sur les additifs alimentaires. Je me contente du petit livre de Corinne Gouget dont je ne me lasse pas. Très complet à mon goût, je l’ai toujours à portée de main. Une mine d’infos claires lorsqu’on veut éviter les E aux risques cancérogènes.

 

Cliquez sur le lien suivant pour accéder à la littérarue : Additifs alimentaires danger ! Poche – 2014

 

 

7) Les aliments végétariens transformés :

Certains produits ont des ingrédients qui permettent de leur donner l’aspect d’un produit similaire. Telles les saucisses à la viande, sans viande, ou autres supercheries ! Grâce à l’usage d’additifs, de texturants, d’arômes, de matières grasses, de sucre et de sel, on vous vend des vessies pour des lanternes…!

Soyez vigilant et choisissez des aliments qui n’ont pas des listes d’ingrédients trop longues. Attention au sel rajouté, et aux matières grasses.

Le plus simple, le mieux. C’est du moins ma philosophie. C’est ce que j’ai trouvé de plus simple pour survivre dans cette jungle où l’on me dit souvent : “ Alors, il reste quoi à manger !”

Le moins de produits transformés possible, c’est ma politique.

 

 

8) Les produits en poudre :

Comment se fait-il qu’un produit en poudre soit moins cher qu’un produit brut ?

Pourtant, il a nécessité de la transformation. Donc du travail. Et croyez-vous que l’industrie alimentaire travaille gratuitement pour vous ?? Ah ah, c’est bien que ça cache quelque chose, ça !…

 

Prenons l’exemple des épices :
Les épices en poudre contiennent peu de matières premières nobles et authentiques.

Les épices en poudre sont moins chères que les épices sous forme brute qui n’ont subi aucun « traitement » de la part des industriels. Comment cela est-il possible ? Tout simplement parce que les épices en poudre contiennent peu de matières premières nobles et authentiques. Ainsi, les coûts sont réduits. Ne vous leurrez pas. Si vous voulez éviter de manger des résidus d’extraction d’épices, mélangés à de la poussière ainsi que d’autres produits de piètre qualité, évitez les épices en poudre.

 

Par exemple le poivre :
Le poivre insipide marron-gris clair et bon marché que l’on retrouve sur les tables des collectivités n’a aucune valeur

Le poivre insipide marron-gris clair et bon marché que l’on retrouve sur les tables des collectivités n’a aucune valeur. Il ne contient aucune piperine, l’huile essentielle caractéristique du poivre. Il est fabriqué à base de baies de poivre de basse qualité, ainsi que de résidus de ces baies et de solvants. (Qui sait ce qu’il contient encore !)

 

Et ce n’est pas un cas isolé ! Toutes sortes de poudres d’épices sont fabriquées à partir de résidus d’extraction.

Le pire, c’est qu’on nous vend ça dans de jolis pots marketing qui nous mettent en confiance et nous font croire des balivernes ! En plus, au vu de la piètre qualité, on paye des fortunes pour ces poussières exhorbitantes et dénuées d’intérêt nutritif…

Si vous aimez les épices, achetez-les sous leur forme brute. Broyez-les à l’aide d’un petit moulin (à poivre ou à sel). Râpez-les ou coupez-les pour bénéficier de leurs vertus. Utilisez des épices tous les jours, elles sont excellentes pour la santé et relèvent les plats. Vous pouvez en savoir plus sur le sujet des épices en relisant mon article ici.

Personnellement, je mets toujours un petit morceau de racine de gingembre et de curcuma frais dans mes jus quotidiens. J’en râpe aussi régulièrement une toute petite quantité sur mes légumes ou salades. De petits arômes supplémentaires… c’est facile ! Une habitude simple et saine.

 

Autre exemple, celui du cacao en poudre :

Le cacao en poudre a une très forte teneur en sucre. Les emballages marketing vantent un petit déjeuner équilibré, surtout pour les enfants.  Ne vous y trompez pas ! Ces poudres contiennent souvent des quantités hallucinantes de sucre (jusqu’à près de 90% pour certaines recettes) et il y a donc très peu de cacao !

Le cacao en poudre a une très forte teneur en sucre.

Pensez à regarder les ingrédients des produits que vous achetez. Le premier ingrédient listé est celui qui est en plus fort pourcentage dans la recette. Choisissez un cacao maigre dont le sucre n’est pas l’ingrédient principal.

Et pour une petite démonstration télévisée, retrouvez cette expérience sur un plateau télé ici.

 

 

9) Les bouillons cubes :

Ces petites aides culinaires ont une teneur beaucoup trop élevée en sel et en additifs. En effet, les bouillons en cube sont truffés d’exhausteurs de goûts comme le glutamate monosodique, le guanylate disodique et l’inosinate disodique. Tous ces E sont en rouge dans la bible de Corinne Gouget !

Ces petites aides culinaires ont une teneur beaucoup trop élevée en sel et en additifs.

La moitié d’un cube de bouillon déshydraté couvrirait 20% de l’apport maximal en sel recommandé par l’OMS. Sans parler de leur teneur en sucre trop élevée.

Petits mais, costauds… en toxicité !

 

 

 

 

 

10) La confiture de fraises :

En réalité, ce n’est pas le dernier de cette liste de produits toxiques !

Pour aussi improbable que cela paraisse, on peut acheter de la confiture de fraise sans fraises ! On la trouve dans les rayons “bas de gamme” des supermarchés.


Mais la confiture de fraises est remarquable par son artifice… Pour aussi improbable que cela paraisse, on peut acheter de la confiture de fraise sans fraises ! On la trouve dans les rayons “bas de gamme” des supermarchés. On la retrouve aussi dans les petits déjeuners des hôtels. Vous savez, ces petites barquettes blanches remplies d’une mixture couleur fraise. Bonjour le petit déjeuner équilibré !


Voici la recette des industriels :

  • du sirop de fructose et de glucose (c’est du sucre qui fait grossir, élève le
    taux de sucre dans le sang et favorise la diabète)
  • de l’eau
  • du jus concentré de fruits rouges pour la couleur
  • des akènes de fraises pour l’effet visuel authentique (ce sont les petites
    graines de fraises récupérées auprès de fabricants de jus qui s’en
    débarrassent). Le côté craquant nous évoque le vrai fruit.Un véritable leurre !
  • de la pectine

 

Du synthétique au saut du lit, merci l’industrie !! Sad smile


Si vous aimez la confiture, faites-la vous-même. Ou achetez des confitures artisanales, ça n’a rien en commun !

 

Remarque sur les yaourts aux fruits :

La plupart des yaourts aux fruits contiennent de nombreux additifs. Souvent des colorants (E1), des épaississants (E4), des correcteurs d’acidité (E5), des conservateurs (E2) ou encore des arômes artificiels.

La loi interdit les additifs dans les yaourts, mais ils sont ajoutés par le biais de préparations avec les fruits !

Si vous supportez le lait, au pire, achetez des Yaourts nature ! Au mieux, mangez des fruits frais. Même s’ils ne sont pas bio, ça ne sera jamais aussi nocif que des yaourts aux fruits…

 

 

Mais il existe malheureusement bon nombre d’autres produits néfastes pour la santé !

Notamment les soit-disant made in France…

Attention aux produits soit-disant français. Cela rassure le consommateur. Mais l’industrie agro-alimentaire a plus d’un tour dans son sac !

Les escargots de Bourgogne, les cèpes de Bordeaux ou encore la moutarde de Dijon, sont-ils bien de chez nous…???

Il faut savoir que si la dernière étape de fabrication d’un produit est effectuée en France, il est légal que l’étiquette porte par exemple la mention « travaillé en France ». Peu importe que le produit brut vienne du bout du monde ! Le flou prévaut également au niveau des appellations.

Par exemple : « Transformé en France » ne veut pas dire « Origine Française ».  Lorsqu’on voit origine française, cela fait office de garantie. Mais quand on lit transformé en France, attention danger !

Facile pour les industriels de l’agro-alimentaire de noyer le poisson en entretenant ce flou artistique. Et dans le meilleur des cas, c’est pour ceux qui lisent les étiquettes…! Tout semble fait pour entretenir ce flou. La
législation Européenne joue avec les appellations et tout ce “ trafic ” est donc parfaitement légal…!

La moutarde de Dijon : les graines sont achetées à l’étranger (Inde, Australie etc.) et la moutarde est fabriquée en Hollande ou en Allemagne

Pour preuve de ces allégations, voici quelques exemples :
  • la moutarde de Dijon : les graines sont achetées à l’étranger (Inde, Australie etc.) et la moutarde est fabriquée en Hollande ou en Allemagne
  • les herbes de Provence : elles viennent du Maroc (thym), d’Albanie (thym), d’Egypte (basilic, marjolaine) ou de Tunisie (romarin). Tout comme la moutarde de Dijon, c’est la recette qui compte et non l’origine des matières premières. D’où la supercherie …
  • Pour l’histoire, il faut d’ailleurs savoir que l’Australie exporte dans le monde entier du camembert et du brie. Tiens
    donc, le fameux camembert Français…
  • les escargots de Bourgognes : ils ne viennent pas de Bourgogne mais de Lituanie, de Pologne ou de Russie. Il est tout à fait légal d’étiqueter « Escargots de Bourgogne travaillés en France » sur l’emballage, si la toute dernière étape, qui consiste à mettre du beurre persillé dans la coquille, est faite en France !
  • les cèpes de Bordeaux : ils proviennent de Chine ou des pays de l’Est. Tout comme les escargots de Bourgogne, la législation Européenne considère que « cèpe de Bordeaux » n’est pas une indication d’origine géographique mais une désignation commune d’espèce. Il est donc facile de se fournir ailleurs…

 

 

Conclusion


C’est quand même triste de ne plus pouvoir faire confiance dans notre système… Les industriels se fichent de votre santé, seul le profit les intéresse ! Raison de plus
pour ne plus acheter de produits en supermarché.  C’est le choix que j’ai fait pour ma famille depuis des années. Non seulement d’un point de vue santé, mais vous avez encore envie d’enrichir ces bandits-voleurs-menteurs qui veulent nous empoisonner ?

Moi pas.

Chacun est libre.

Je préfère faire travailler des
producteurs locaux, des artisans de la terre. Je privilégie les aliments frais, bruts, locaux et issus de l’agriculture biologique. Pour mettre un maximum de chance de notre côté. Et en plus, quel plaisir de boycotter les industriels de l’agroalimentaire !

Respect à ceux qui nous nourrissent de manière honnête !

 

Cheers !

 

))) kristine (((

 

 

 

 

 

 

 

sources :

https://www.amazon.fr/EAT-Chroniques-fauve-jungle-alimentaire/dp/2981413600/ref=pd_sim_14_7?_encoding=UTF8&pd_rd_i=2981413600&pd_rd_r=518eb0f5-a000-11e8-b694-39dbcfa8fb4b&pd_rd_w=mi6HQ&pd_rd_wg=9NKvh&pf_rd_i=desktop-dp-sims&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=08f7d5b5-c721-4721-8b21-2085932d44a1&pf_rd_r=TCER5E1SZ3F8K9VTCPWB&pf_rd_s=desktop-dp-sims&pf_rd_t=40701&psc=1&refRID=TCER5E1SZ3F8K9VTCPWB

https://www.amazon.fr/Vous-%C3%AAtes-fous-davaler-lagroalimentaire/dp/2290133337/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1534278373&sr=8-1&keywords=christophe+brusset

https://www.sain-et-naturel.com/les-10-aliments-industriels-a-eviter-le-plus-possible-selon-60-millions-de-consommateurs.html

www.synergiealimentaire.com

https://www.amazon.fr/Additifs-alimentaires-danger-Corinne-Gouget/dp/2911806697/ref=pd_bxgy_14_img_2?_encoding=UTF8&pd_rd_i=2911806697&pd_rd_r=518eb0f5-a000-11e8-b694-39dbcfa8fb4b&pd_rd_w=5hkWy&pd_rd_wg=9NKvh&pf_rd_i=desktop-dp-sims&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=d33700b8-e2ee-48b2-b2e1-55f6a21e5fa2&pf_rd_r=TCER5E1SZ3F8K9VTCPWB&pf_rd_s=desktop-dp-sims&pf_rd_t=40701&psc=1&refRID=TCER5E1SZ3F8K9VTCPWB

https://www.amazon.fr/Lenqu%C3%AAte-Campbell-T-Colin/dp/2290086193/ref=pd_bxgy_14_img_3?_encoding=UTF8&pd_rd_i=2290086193&pd_rd_r=ad9afd39-a000-11e8-9bf7-f3b01ab005f6&pd_rd_w=gATUM&pd_rd_wg=fG4nD&pf_rd_i=desktop-dp-sims&pf_rd_m=A1X6FK5RDHNB96&pf_rd_p=d33700b8-e2ee-48b2-b2e1-55f6a21e5fa2&pf_rd_r=QAMYQ43GA2PJTHY77R12&pf_rd_s=desktop-dp-sims&pf_rd_t=40701&psc=1&refRID=QAMYQ43GA2PJTHY77R12

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.