Chimio : on rentre dans les détails

Classé dans : Alimentation, Cancer, Dossier du mois | 6

Voici un article très complet que j’ai concocté sur la chimio.

Chimio
Lara pendant la chimio

Je sais bien que la maladie ne se soucie pas du calendrier… J’en sais quelque chose, Lara a commencé sa chimio un 24 décembre ! Shifty C’était il y a maintenant 5 ans, le 24 décembre 2013. Je vous explique pas les circonstances du réveillon de cette année-là…

Et 5 ans plus tard, la vie est belle. N’oubliez jamais que la roue tourne, rien n’est figé. Quand on se sent au creux de la vague, ça fait du bien de se le rappeler.

Donc pour moi cet article aujourd’hui, c’est assez symbolique. J’aurais rêvé trouver ces informations lorsque nous étions désemparés. Alors j’espère que cela pourra aider certains d’entre vous.

 

Chimio, les bons réflexes

Parmi nous, de nombreuses personnes sont touchées par le cancer.

Traitements de chimiothérapie

Pour répondre aux principales questions que plusieurs d’entre vous m’ont posé pour mieux supporter une chimiothérapie, voici une reprise de mon précédent article.

En effet, certaines personnes m’ont demandé si je pouvais résumer mes priorités en cas de chimiothérapie. Et c’est ce que j’ai fait. Le cancer signifie pour beaucoup chimiothérapie, et / ou radiothérapie, et / ou intervention chirurgicale.

Dans tous les cas, votre corps est mis à rude épreuve !

Alors, comme nous sommes passés par là, et que nous avons entrepris de nombreuses actions pour soutenir l’organisme, je vais développer ces 7 actions évoquées récemment. Bien sûr cela ne se veut pas exhaustif, mais au moins on s’est remis en question. On a voulu prendre notre santé en main. Autant ma fille que moi-même. Parce qu’il était impensable de laisser le corps médical gérer cette “crise” tout seul. Pas question d’être spectateur impuissant ! Lara étant l’actrice principale, j’étais investie du rôle d’accompagnatrice. Vous savez, un peu comme au cinéma. (Le héros, l’acteur principal, il a des gens autour de lui qui gèrent la lumière, le son… et un superviseur qui s’assure que tout se déroule bien…)

Sauf qu’elle n’avait pas le rôle le plus facile ! J’étais comme investie de ce rôle de superviseur. Alors il me fallait trouver des solutions pour l’aider à traverser cet épisode compliqué. Pas question de rester passive à regarder si les médecins allaient s’en sortir pour soigner ma fille…! Ma mission était de les aider à la soigner, ce qu’il n’ont pas beaucoup apprécié… Je reviendrai sur ce point un peu plus tard.

Pour l’instant, je vous partage ci-dessous les 7 points essentiels à prendre en compte pendant une chimio. Il s’agit de notre expérience personnelle, et qui a fait ses preuves pendant la chimiothérapie que ma fille a subi.

 

Lara à l’hôpital

 

Vous pouvez télécharger le bonus de ma fille ici : cliquez sur ce lien pour télécharger l’e-book témoignage de Lara.

 

 

 

1) L’alimentation pendant une chimiothérapie

Gingembre frais

Vous pouvez soutenir votre organisme, oui, l’alimentation constitue un véritable soutien à la thérapie !

A part certains traitements qui peuvent nécessiter une alimentation particulière, voici ce que nous nous avons suivi :

Les aliments à prioriser durant toute la période de chimio :

  • boire suffisamment (au moins 1 litre et demi d’eau par jour). Surtout, pensez à bien vous hydrater ! Buvez de petites gorgées si vous avez du mal, mais souvent, le + souvent possible ! Des jus, du thé (vert) mais aussi de l’eau ! Coffee cup
L’eau, c’est la vie !

 

  • manger bio : qui voudrait rajouter des pesticides et autres  saletés sur un corps déjà mis à rude épreuve… ?

 

  • essayez d’avoir une alimentation régulière, riche en sucres lents (riz, céréales, tubercules, légumineuses…), sources d’énergie dont votre organisme a besoin.

 

 

  • consommer des fruits et des légumes (de préférence bio, donc).
Des fruits et légumes de préférence bio
    1. les bananes, les pommes cuites, faciles à manger (car plutôt neutres en goût) vous aideront à combattre une éventuelle diarrhée due à la chimio, comme le riz
    2. à l’inverse, si vous souffrez de constipation, préférez les aliments riches en fibres solubles, tels le pain complet ou céréales, les fruits secs ou légumes secs (les noix du Brésil sont riches en sélénium, un minéral anti-cancer)
    3. les carottes sont toujours les bienvenues (cuites ou crues)  
    4. mangez de l’ail et de l’oignon ! Ce sont de vrais antioxydants ! Et du curcuma, bien entendu, de préférence frais (plus efficace que des poudres) râpé sur tous vos plats et ajoutés à tous vos jus ! (Dans la cuisine, combiné à du poivre, le curcuma est très efficace).
    5. et oui, des jus de légumes, si vous avez un extracteur (les jus verts sont les plus anti-cancer). Petit astuce, ajoutez-y pommes ou oranges selon la saison, pour adoucir le goût ! C’est ce que je faisais sinon ça ne passait pas très bien au début (après on s’habitue)…
    6. le fait de consommer des légumes quotidiennement va vous aider à nettoyer vos intestins (grâce aux fibres) et éviter ainsi les stagnations qui peuvent être à l’origine de phénomènes inflammatoires.

 

  • et des œufs, du poisson ou du poulet (bio de préférence !) pour des protéines faciles, mais mangez avec frugalité. La digestion doit être facile, pour ne pas fatiguer inutilement votre organisme

 

  • vous aimerez sûrement les bonbons au gingembre ou au citron, qui seront efficaces en cas de nausées. On a la chance d’avoir un citronnier dans le jardin. Si ce n’est pas votre cas, prenez des citrons bio, surtout si comme moi vous les mettez entier dans les jus (avec la peau, oui !)

 

  • faites plusieurs petits repas ! Si vous manquez d’appétit, comme c’est probable pendant une chimiothérapie, mangez des petites quantités, et plusieurs fois par jour. (Pendant quelques temps, finis les gros repas de famille ou de restau, ça ne vous dira rien, et c’est tout à fait normal !) Lara a suivi sa première chimio le jour de Noël. Pas grave, à la réunion de famille, il y avait plus de bienveillance et de cadeaux à partager qu’un gueuleton mémorable…
Purée maison

 

  • selon les cas, il vous sera plus facile de consommer des aliments mous  ou pâteux (en cas d’aphtes ou ulcères dans la bouche, ou en cas de radiothérapie près des cordes vocales ou tube digestif). Vous pouvez même les liquéfier en les mixant, ce sera beaucoup plus facile à avaler ! Avec l’accumulation des chimiothérapies, Lara a eu plusieurs fois des aphtes. Mais comme elle avait de l’appétit, on a forcé sur les purées ou les aliments mixés. Ça passait mieux !

 

 

Les aliments à éviter pendant la chimio :

  • le pamplemousse est généralement interdit pendant une chimio, à cause d’une interaction de ses enzymes avec les traitements (mais pas les oranges ni les citrons !)

 

  • évitez trop de sel, trop d’épices (bons pour la santé en général mais qui peuvent s’avérer irritants pendant la chimio), et trop de sucre ! (Les cellules cancéreuses se nourrissent de sucre, même si votre oncologue vous dit de manger ce que vous voulez !!)

 

Remarque

Le jeûne hydrique

Certains préconisent le jeûne. C’est un vaste sujet, largement développer par divers experts. Personnellement, lorsque Lara était malade, nous ne connaissions pas le jeûne. Enfin, je veux dire que ce n’a pas été une option que Lara ait essayée. Donc nous n’avons pas un retour d’expérience personnel. Mais de ce que j’en ai lu ou appris depuis, un jeûne de quelques jours peut être excellent en cas d’attaque externe pour aider l’organisme à s’auto-guérir. Cela va à l’encontre de mon éducation. Toute ma jeunesse, j’ai entendu ma grand-mère nous répéter “Mange, ça te donnera des forces !” Mais ce n’est pas parce qu’on m’a répété ça aveuglément que c’était vrai !

La seule expérience de jeûne que je peux vous relater, c’est celle de la veille d’une séance de chimiothérapie. On appelle cela le jeûne intermittent. Essayez de jeûner la veille de votre chimiothérapie (au moins pendant quelques heures avant !) Vous verrez que vous supportez beaucoup mieux le traitement ! En tout cas cela a été le cas pour Lara, et les témoignages dans ce sens sont nombreux… Plate

 

  • Et enfin, préparez vos repas juste avant de les manger, ne réchauffez pas les plats (pour éviter les bactéries). Pendant la chimio, votre immunité peut être au plus bas, mangez des plats frais ou fraîchement cuisinés; évitez de garder les restes au frigo pour le repas suivant. Dans notre cas, je faisais les repas pour ma fille. Je crois qu’elle aurait été bien en peine de se cuisiner quoi que ce soit ! Mais ça, c’est surtout parce qu’elle est très sensible aux odeurs, et qu’au vu des circonstances, c’était exacerbé. C’était pas le moment de cuisiner des ragouts… Si vous avez la chance que l’on cuisine pour vous, profitez-en, mais si ce n’est pas le cas, allez au plus simple en évitant les produits transformés et plats cuisinés de l’industrie alimentaire.

 

  • Inutile de préciser qu’il vaut mieux arrêter le tabac et l’alcool, si vous êtes concerné…
Les méfaits du tabac et de l’alcool…

 

Ma fille n’avait pas trop le goût de manger durant la chimiothérapie. C’en était fini des gros repas en famille ou des sauces odorantes. Elle ne supportait plus beaucoup les odeurs. En fait, les plats les plus simples – et souvent les plus sains – étaient parfois les seules choses qu’elle supportait : des fruits (des pommes cuites ou crues…), des légumes (cuits à la vapeur, peu de sauces, ou même crus…) un peu de blanc de poulet, mais sans sauce, sans goût… du riz, des patates bouillies en purée… Et quand rien ne lui faisait envie, on ne l’a jamais forcée.

Et lorsqu’elle a jeûné avant la chimio, elle l’a beaucoup mieux supportée.

 

 

 

Les compléments et aides extérieures…

Ma fille a évoqué tout ce qu’elle a pris pendant sa chimio (dans son ebook gratuit que vous pouvez télécharger ici).

 

Je ne vais pas revenir là-dessus. La seule chose que je peux vous conseiller c’est de consulter un très bon médecin naturopathe-homéopathe. S’il est bon, justement, il saura vous conseiller sur les petites choses à mettre en place en parallèle de la chimiothérapie. Cela a été d’une grande aide pour Lara qui a beaucoup mieux supporté les traitements dès que nous avons suivi quelques conseils avisés…

Vous pouvez aussi revoir cet article (conseil N°5).

 

 

 

2) Le sommeil pendant la chimiothérapie

 

Le corps est mis à rude épreuve. Il est comme un champ de bataille ou les “méchants” sont combattus violemment. Mais les cellules cancéreuses ne sont pas les seules à être anéanties par la chimio. Les bonnes cellules vont devoir se renouveler en priorité. Et pour permettre à l’organisme de se reconstruire, il va lui falloir de l’énergie. Alors, ne négligez surtout pas le repos ! Sleeping half-moon

Dormez dès que vous en ressentez le besoin. Reposez-vous régulièrement. Ce n’est pas le moment de tirer sur la corde ! Le repos que vous offrirez à votre corps va lui permettre de concentrer son énergie sur le traitement et la guérison. Le sommeil est la fonction réparatrice du corps, comme je vous l’expliquais ici.

Alors, n’hésitez pas, pour une fois, vous n’aurez pas à vous sentir coupable de vous laisser aller à une bonne sieste quand l’envie vous en prend !

Petite sieste improvisée de Lara…

Lara pouvait faire des siestes n’importe quand, surtout au retour des traitements. Elle évitait de se coucher tard et le matin, je ne la réveillais jamais. Même l’infirmier qui venait régulièrement était très compréhensif. Il allait dans sa chambre et lui faisait les prises de sang au lit. Et lorsque Lara s’endormait sur le canapé, avec ses jeunes frères, nous étions tous calmes pour la laisser se reposer.  Don't tell anyone smile  J’avais même débranché la sonnette stridente et les visiteurs s’annonçaient par téléphone… Call me   Quelques petits aménagements peuvent grandement aider pendant une telle période !

 

 

 

 

3) L’exercice physique pendant la chimiothérapie

Ce n’est certes pas le moment de courir un marathon ou de faire des exploits, mais un peu de marche au quotidien ne vous fera que du bien !  Sun  Rainbow 

Si vous n’avez pas le goût de faire de gros efforts physiques, faites un peu de marche tous les jours. L’idéal est de pouvoir se promener dans la nature. Le contact avec la nature est toujours bénéfique !

Nous avons la chance d’habiter à la campagne. Des balades dans les bois ont fait le plus grand bien à Lara.  Snail  Cela la ressourçait. Quelques promenades en bord de mer aussi, si vous le pouvez. L’air marin est vivifiant et plein d’ions négatifs, si bons pour la santé ! Eh oui, l’oxygénation est aussi importante pour la santé. Des séances du Bol d’Air Jacquier l’ont également aidée (j’y reviendrai dans un prochain article !)

Le trampoline est idéal pour bouger la lymphe

 

Une excellente pratique aussi c’est de faire du trampoline. Ça bouge la lymphe ! Mais ça, Lara ne s’y est mise que par la suite.  Mais même si votre état de fatigue ne vous permet rien de plus que de la marche, c’est déjà très bien, du moment que vous en faites au quotidien !

 

 

 

 

4) L’exposition aux ondes électromagnétiques

Même si ce n’est jamais bon de s’exposer aux ondes électromagnétiques, la période pendant la chimiothérapie est sensible. C’est là où votre corps est fragilisé et c’est le moment où vous avez le plus besoin de vous ressourcer.

C’est en faisant des recherches pour aider ma fille à traverser cette période de traitements lourds que j’ai pris conscience des méfaits des ondes. J’étais déjà sensibilisée aux risques des téléphones portables et des micro-ondes. Mais je suis allée un cran plus loin et j’ai découvert combien notre environnement peut être toxique ! Jusque dans notre maison, les pollutions nous entourent au quotidien. Du coup, voici quelques mesures simples, mais efficaces, que vous pouvez prendre pour aider votre corps fatigué par la chimio…

Les dangers du WIFI
  • Si vous avez la WIFI à la maison (comme la plupart d’entre nous), pensez à éteindre votre box le soir. Vous la rebrancherez quand vous vous lèverez, mais la nuit, notre organisme est encore plus sensible aux ondes. Un petit geste simple qui vous procurera un repos de meilleure qualité. (1)
Téléphone filaire

 

  • Vous avez probablement un téléphone fixe ? Sachez que les téléphones sans fil (tél DECT comme ils s’appellent) sont extrêmement nocifs en terme d’ondes ! Qu’il soit posé sur son socle ou pas. La base est comme une mini antenne relais à domicile, qui émet dans toutes les directions ! Nous avons remplacé le notre par un simple téléphone filaire (à partir de 9.90€ en grande surface même si ça devient de plus en plus difficile à trouver car peu à la mode !) Voici un modèle de base à recevoir directement chez soi.  J’aime bien aussi ce modèle : cliquez sur ce lien pour voir le modèle que j’ai recommandé à mes parents pour ses grosses touches. Mais peu importe le modèle, du moment que c’est un téléphone filaire (avec fil). Bien sûr on ne peut plus se déplacer dans toute la maison pour passer un appel (on a les portables pour ça !) mais on évite ainsi une pollution électromagnétique aussi nocive qu’invisible… Encore un petit geste simple et pour quelques euros, vous allez réduire votre exposition. Vous pouvez me croire. Mais si vous avez besoin de preuves (vous avez raison, comme moi, il faut toujours vérifier les infos) les études sont nombreuses ! Ca n’est pas crié sur les toits, certes, mais quand on se renseigne, on ne peut plus l’ignorer… Je vous mets en lien ci-dessous quelques études qui ont identifié les risques. (2)

 

 

  • Et pour le téléphone portable dont nous sommes (presque) tous équipés, mettez-le le plus souvent possible en veille et surtout, ne l’emmenez pas dans votre chambre ! J’ai déjà longuement parlé des risques liés aux téléphones portables ici ou là, mais si vous ne deviez retenir qu’une chose, ne gardez pas le portable à l’oreille trop longtemps, ni dans la poche du jean toute la journée ! (Bon je sais, ça fait 2 choses !) Mais avec quelques habitudes simples, vous pouvez réduire votre exposition aux ondes et pendant la chimiothérapie, je le répète, tout ce qui pourra alléger les charges de votre corps sera le bienvenu !! Bien sûr, ces attitudes responsables seront tout aussi valables pour ceux qui sont en bonne santé, à titre préventif… (3)

 

  • Et si vous avez un micro-ondes dans votre cuisine, il serait vraiment judicieux de s’en débarrasser… Je sais, je ne vais pas être populaire avec ça, mais c’est la vérité. Quelqu’un en bonne santé résistera mieux à toutes ces agressions, mais si vous traversez une chimiothérapie, votre organisme est suffisamment épuisé pour ne pas en rajouter encore. Le micro-ondes est un véritable poison et il épuise vos ressources ! Ça n’est peut-être pas toujours facile au départ, mais je vous rassure, on s’en passe très bien !

 

Le micro-ondes est nocif pour la santé !
Pour la petite histoire, je vais vous dire comment ça s’est passé chez nous.  Convaincue que le micro-ondes est nocif pour nous, j’ai décidé de m’en séparer dès le début du traitement de ma fille. Mais ma fille, elle, n’a pas vu ce changement d’un si bon œil. Je crois que c’était trop brutal pour elle. Bien qu’elle n’y ait pas été spécialement attachée, elle n’aimait pas le changement. Le micro-ondes est donc réapparu (temporairement) dans notre cuisine jusqu’à ce qu’elle intègre la notion de danger. Convaincue par la nocivité de l’appareil lorsque je lui ai partagé les recherches que j’avais faites, le micro-ondes a disparu définitivement lorsqu’elle était prête à accepter le changement. Ce n’est pas toujours facile d’admettre qu’on a pu se faire du tort pendant des années… (4)

 

 

 

5) Fuyez toujours le stress, encore plus pendant une chimio !

 

Comme expliqué dans le quatrième pilier de cet article : https://comprehension-sante.com/4-piliers-dune-sante-anti-cancer/, le stress est un facteur aggravant de la maladie. Il est toujours à éviter, puisque évidemment nocif, mais encore plus pendant une chimio. Oui, puisque votre système immunitaire sera mis à mal pendant les traitements, il faut absolument fuir le stress, sous quelque forme que ce soit.

Le temps de la chimio, le stress est votre meilleur ennemi ! Il n’est jamais votre ami, certes, mais la chimio est une période de grande vulnérabilité.

En effet, vous pourrez avoir la meilleure alimentation du monde, prendre les meilleurs compléments alimentaires, adopter un mode de vie favorable à la santé, faire tous les efforts que vous voudrez…, si vous vivez avec du stress, tous vos efforts risquent d’être anéantis malgré tout…

 

Pendant le traitement de ma fille, nous faisions tout pour qu’elle subisse le moins de stress possible, instinctivement.  L’entourage est donc d’une importance capitale, me semble-t-il. Dans la mesure du possible, déléguez les tâches pénibles ou contraignantes à votre conjoint, parent, enfant… Essayez de ne pas stresser à cause d’une facture à payer ou d’un événement du quotidien qui d’ordinaire vous contrarie (la machine à laver qui tombe en panne, la voiture qui a été rayée sur un parking…). Passez l’éponge. Tout cela n’a pas vraiment d’importance. Concentrez-vous sur l’essentiel : votre guérison !

Si c’est un proche qui est malade, épargnez-lui les soucis le plus possible. Il a besoin de son énergie. Ma fille, bien qu’elle était partie étudier à 18 ans loin de nous, est revenue à la maison pour se faire soigner. Pas facile de retourner chez papa-maman, c’est sûr, mais au moins on lui a épargné du stress lié à la vie quotidienne…

Le stress affecte tous nos organes !

 

 

 

6) AMP, la clé de tout ?

AMP ou le secret de la réussite… Encore une fois, il s’agit ici de quelque chose de très personnel. Vous savez, ce genre de blague familiale qui n’est partagée qu’au sein du cercle réduit du clan familial. Et bien chez nous, AMP c’est le sigle de l’Attitude Mentale Positive. Et s’il est une période où ce sigle m’a servi, c’est bien pendant la chimio de ma fille !

La bienveillance pendant la chimio :

L’anecdote familiale du micro-ondes nous amène à cette notion qui m’est chère: la bienveillance.

Je suis persuadée qu’elle est une notion importante, et surtout envers celles et ceux qui traversent une chimio. Certes, être bienveillant envers son prochain est toujours une bonne chose. Mais c’est encore plus important à l’égard de ceux qui souffrent dans leur chair. Rien à voir avec de la pitié, bien au contraire ! Je considère qu’une personne en souffrance a besoin que l’on prenne soin d’elle.

On parle beaucoup de bienveillance ces temps-ci, envers les enfants, envers son prochain… Moi je veux peut-être plutôt parler d’indulgence. Essayez de ne pas brusquer la personne malade. Les contrariétés ne sont bonnes pour personne ! J’insiste car c’est essentiel, bien que souvent négligé. Pas de stress inutile, surtout pendant la chimio. J’en parlais déjà dans cet article.

Lara garde le moral…!

Si c’est vous qui traversez cette épreuve, je ne peux que vous encourager à éviter les conflits.  Soyez indulgent envers vous-même. Ne fréquentez pas les gens qui vous contrarient. Vous en avez assez avec vos problèmes. Vous aurez bien le temps, lorsque vous aurez repris des forces, de reprendre une vie sociale plus mouvementée ! Epargnez-vous les émotions négatives et nourrissez-vous de pensées positives. Souriez-vous devant le miroir et visualisez-vous guéri(e) et en pleine forme ! Vous verrez, ça fait vraiment du bien !

Et si c’est quelqu’un de votre entourage qui est malade, soyez attentif et attentionné, ce sera tellement apprécié ! Un cocon de bienveillance où l’on a envie de rester…

L’attitude mentale pendant la chimio :

L’attitude mentale que vous allez adopter, surtout pendant les traitements agressifs qui réduisent votre immunité à néant, pourra être déterminante. Lorsque nous avons appris que ma fille avait un cancer, passé l’abattement, j’ai concentré mon énergie sur une attitude mentale positive.

Je me souviens d’avoir rencontré une amie à qui j’avais dit : “Je vais m’efforcer de trouver de quoi rire tous les jours, au moins une fois par jour, sinon je vais craquer…”  Pas sûre que mon amie ait bien compris. Je crois qu’elle a pensé que je perdais la boule, mais non. Instinctivement, je savais qu’il fallait que je garde le moral, et que je l’insuffle à ma fille, si possible.  ((Mais bon, à la réflexion, c’est plutôt elle, par son courage et sa pugnacité, qui me donnait tout ce dont j’avais besoin pour traverser cette épreuve…))  Mais je m’y suis tenue. Et j’ai souvent essayé…

 

Il y a même des bouquins pour apprendre à rire, une vraie thérapie !

https://www.amazon.fr/Rigolo-th%C3%A9rapie-Nouvelles-histoires-prescriptions/dp/2813203947/ref=cm_cr_arp_d_product_top?ie=UTF8

La rigolothérapie, c’est du sérieux ! Winking smile

 

Il faut rigoler…!

 

7) Les projets d’après chimio

La visualisation :

La période des traitements de chimio est certes une période difficile, mais elle est temporaireFaites des projets d’avenir !

La visualisation tient, à mon avis, une place de choix dans la guérison. J’ai vraiment à cœur de vous conseiller de vous visualiser guéri(e). Je pressens que c’est tellement important que je vous y encourage vraiment ! Faites-le tous les jours. Plusieurs fois par jour.

Faites des projets. Prévoyez ce que vous allez faire après la chimio, quand vous serez guéri(e).

Il est essentiel de se projeter dans un avenir meilleur. Imaginez ce que vous serez dans 6 mois, dans 1 an, dans 2 ans, dans 5 ans…

 

Demain est plein de promesses…

L’imagination :

C’est un véritable exercice d’imagination ! Mais c’est très constructif et porteur de beaucoup d’espoir et de bonnes ondes… Ce sera très bénéfique d’imaginer votre propre futur. Si vous en avez déjà fait l’expérience, vous savez ce que je veux dire. Comme on est dans la pensée, autorisez-vous toutes les folies de joie et d’abondance que vous pouvez vous souhaiter. Avec un peu de pratique, vous allez parvenir à vous imaginer un peu plus vieux/vieille, entouré(e) de ceux que vous aimez, radieux(se), apaisé(e).

Cela peut vous paraître farfelu, déraisonnable même peut-être. Qu’importe. Je vous donne tout ce qui a marché pour nous. C’est bien pour ça que j’écris cet article, non ? Et par la suite, au cours de mes lectures et de mes rencontres, je me suis rendue compte que bien des choses que nous faisions instinctivement étaient recommandées. La visualisation et les pensées positives sont de très bons atouts. Alors, si je vous partage toutes ces astuces, c’est parce qu’elles ont une validité scientifique et qu’elles peuvent vous aider.

Inutile de vous juger !

Mais ne vous morfondez pas si vous n’y arrivez pas. Il se peut que vous soyez assailli(e) par des idées noires, ou que des pensées parasites s’insinuent sournoisement en vous. Ne vous crispez pas. Laissez-les passer. Si des idées noires s’invitent à votre table, laissez-les circuler. A ce moment-là, retrouvez un souvenir agréable de votre passé. Invitez-le aussi, et nourrissez-le. Chérissez ce souvenir agréable et concentrez-vous dessus. Rien de tel pour vous replonger dans le bonheur. Et cette sensation de bonheur qui dessine un sourire sur vos lèvres, vous pourrez la retrouver, il suffit de l’entretenir…

Je vous assure, avec un peu de pratique et d’assiduité, vous vous sentirez mieux !

 

La méditation :

Essayez la méditation…

Elle peut également être une aide souveraine, comme j’en ai déjà parlé ici. Pour ce qui est de retrouver un équilibre, la méditation est vraiment recommandable ! Et une excellente thérapie même reconnue pour améliorer la qualité de vie.

Avec tout ces outils, vous n’êtes plus désarmés.

Vive les thérapies alternatives !

 

Conclusion :

Comme je l’ai dit plus tôt, les médecins n’ont pas spécialement apprécié que je m’immisce dans leur travail. Ils auraient souhaité que je remette la guérison de ma fille entre leurs mains. Ce qui, en tant que maman, m’était tout à fait impossible (et pas souhaitable à mon sens).

A ma question : “Docteur, que puis-je faire pour vous aider à soigner ma fille ?” Il ne m’a été répondu, ce jour-là, que “Rien, laissez-nous faire, on s’occupe de tout…”

Comme si je pouvais rester là, à ne rien faire, et à attendre, au petit bonheur la chance, que eux, qui ne connaissaient rien de l’histoire de ma fille, puissent savoir mieux que moi. C’était très déroutant de constater que ma fille n’était rien de plus qu’une patiente parmi d’autres. Qu’ils ne s’intéressaient pas à la personne qu’elle était, de manière globale, holistique, mais juste à une pathologie, à traiter selon un protocole non individualisé.

 

Compréhension cérébrale

 

Cela a été l’élément déclencheur de ma quête de compréhension.

 

 

 

Je vous encourage à prendre votre santé en main, parce que si vous ne prenez pas soin de vous, qui d’autre pourrait le faire ?

Avec toute ma compréhension,

 

Kristine

 

 

 

 

sources :

http://www.lasantenaturelle.net/263/la-sante-naturelle.html

(1) (2) (3) (4) :

https://www.robindestoits.org/ETUDE-Effets-de-l-exposition-aigue-a-des-signaux-Wifi-de-2-45GHz-sur-la-variabilite-cardiaque-et-la-pression-arterielle_a2342.html

https://www.robindestoits.org/Etudes-scientifiques_r61.html

https://www.huffingtonpost.fr/2016/05/28/ondes-electromagnetiques-etudes-sante-cancers-tumeurs_n_10163106.html

https://www.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130930.OBS9058/portables-wi-fi-tablettes-les-vrais-dangers-des-ondes.html

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/portables-wi-fi-tablettes-les-vrais-dangers-des-ondes_18985

http://www.protections-ondes.fr/protections-t%C3%A9l%C3%A9phones-sans-fil/

https://www.robindestoits.org/Tous-grilles-par-les-ondes-Le-Monde-25-06-2012_a1687.html

https://www.alterondes35.org/spip.php?article108

https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/05/que-dit-lune-des-etudes-les-plus-completes-sur-limpact-des-ondes-electromagnetiques-sur-la-sante_a_23353210/

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_pourquoi-et-comment-proteger-les-jeunes-des-ondes-gsm-chat-mardi-a-11h30?id=7935015

http://www.danger-sante.org/danger-sans-fil/

https://www.geotellurique.fr/18-protections-telephones-sans-fil-et-filaires-

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
    256
    Partages
  • 256
  •  

6 Responses

  1. Catherine M

    Bonjour Kristine,
    Oui j’ai tout lu : que des bons conseils, jusqu’au trampoline qui a été mon meilleur achat depuis bien longtemps, j’en faisais tous les jours jusqu’à ce qu’une kiné non informée me dise , -“Arrêtez ça tout de suite, c’est trop violent” … j’ai arrêté huit jours et vite repris, j’étais globalement de plus en plus mal et comme la lymphe faisait stagner les toxines pour ne pas circuler assez, les neuropathies périphériques se sont aggravées très rapidement ! (je les ai toujours, quasi un an après la fin de la chimio!).
    Le Desmodium aussi, pas question de m’en passer un seul jour, j’ai oublié deux fois : mon corps m’a alors rappelé violemment à la vérité du traitement !
    Tout le reste est nickel, j’en suis arrivée en croisant les bouquins sérieux et ouverts sur le sujet, aux mêmes compléments et conseils . Et je n’écoutais pas certaines infimières d’annonce ou pharmacienne chargées de stages dans l’hôpital, qui me disaient que plus on prend de compléments alimentaires et plus on a des effets secondaires (heureusement , d’autres avaient un discours différent et m’encourageaient, mais c’est perturbant cette attitude !)
    Actuellement j’ai encore des soucis avec mon estomac, un peu la chimio, un peu les rayons et un peu aussi la chirurgie car il y a des névralgies qui partent de la cicatrice du sein “opéré”, c’est à dire amputé. Il a gardé le goût des aliments mixés et refuse toute partie qui ne le soit pas, et puis il produit de l’acide en fin de nuit et me renvoie tout ça, fausse route, réveil en fanfare … Il me faut encore de la patience ! J’ai vu : une osthéopathe énergétique (j’y ai gagné au passage de visualiser cette lumière dorée que je respire lorsque l’organe cède en douceur et “s’ouvre”, c’est là que finit l’intervention sure cet organe. En fait, reproduire cette sensation , ben ça me branche tout de suite sur le mode méditation dans l’ici et maintenant, et c’est super ! C’est le bonus, car cela m’a fait beaucoup de bien par ailleurs pour “rallumer” les organes éteints par la chimio et l’hormonothérapie mais il faut le faire tous les deux mois environ car ce dernier traitement continue (j’en ai encore pour quatre ans et demi !).
    J’ai vu aussi un chamane, rencontré par un beau hasard bien étayé, qui travaille vraiment sur un autre plan pour une vraie guérison ( il ouvre les portes et lève les gros obstacles, ensuite à nous de faire !)Vu aussi une kinésiologue qui a travaillé un peu légèrement car des choses se sont agravées et du coup le chamane en question m’a expliqué qu’elle avait comme ouvert des portes de placard qu’elle n’a pas refermées … Donc bien vérifier ses adresses avant de toucher au “subtil”, là j’avais fonctionné aux pages jaunes,c’est pas bon, il vaut mieux une bonne recommandation. Et puis je vois un psychiatre qui m’aide à me reconstruire et n’est pas du tout opposé, au contraire, aux autres démarches car il se dit “très rationnel” mais “croit complètement à l’énergie psychique”. J’ai été très surprise en lui décrivant des perception que d’aucuns trouveraient perchées et paranormale et il m’a décrit la suite, en me disant que lui aussi avait mla même chose. Hé bien ça aide. Car il faut travailler à tous les niveaux pour être débarrassée de cette grosse cochonnerie que nous envoie notre corps (lequel ?) dans une ultime tentative . Je vais bientôt voir une homéopathe, car j’ai enfin trouvé une adresse ou on prépare les granules sur un support non sucré !
    Bon voilà ou j’en suis, je lis tes lettres de temps en temps quand je me sens concernée, et pas trop fatiguée. Ah oui, tu es une vraie maman, je reconnais cela en toi et j’aime que tu en fasses profiter d’autres personnes, merci !
    Catherine

    • Kristine Jouaux

      Waouw, Catherine…! Je suis très touchée par ton commentaire exceptionnel…
      Je te remercie beaucoup pour tous les détails que tu nous apportes et pour cette sincérité dont tu nous gratifies ! Je me réjouis de voir comment tu as pris ta santé en main et je sens bien que tu es sur la bonne route. C’est merveilleux, que tu aies pu voir toutes ces personnes, ostéopathe, chamane, kinésiologue… (Dommage pour cette dernière qu’elle n’ait pas été compétente, mais comme tu le dis, c’est important de fonctionner sur recommandation plutôt qu’au petit bonheur la chance !!) Au fait, tu as vu mon article sur l’ostéopathie : https://comprehension-sante.com/osteopathe-cancer/ ?
      Je ne sais pas si tu connaissais l’énergétique avant la maladie, mais c’est excellent que tu sois, à présent en tout cas, ouverte à ces thérapeutiques.
      Pour ma part, j’ai tout découvert à la suite du cancer de ma fille (comme elle l’explique dans son récit). Et c’est incroyable comme la maladie ouvre les yeux, et le cœur…
      Ce que je remarque, à te lire, c’est que tu as su écouter ton corps, et ton intuition, plutôt que les recommandations d’un personnel non informé (pour ne pas dire ignorant). Mais c’est sûr, c’est perturbant, ces infos contradictoires que l’on peut recevoir… Pas toujours facile de savoir qui croire !! Mais il faut suivre cette petite lumière en nous qui nous guide, qu’on l’appelle intuition au autre, l’essentiel est de se faire confiance. Je pense que les solutions sont en nous. Encore faut-il bien vouloir l’entendre, cette petite voix de bon sens qui chuchote à notre oreille.
      Merci encore pour ton magnifique témoignage qui donne tout son sens à mon besoin de partage d’expérience. Quand je te lis, je sais pourquoi je tiens ce blog !
      Kristine

  2. besbes samir

    Salut
    Bien que je ne suis pas pour la chimiothérapie (je crois qu’elle est efficace dans 10% de cancer comme le cancer du poumon à petite cellule) je pense que vos conseils sont utiles. Par ailleurs je pratique le traitement métabolique du Dr Laurent Schwartz et j’ai eu de bons résultats sachant que je suis le seul médecin tunisien à le préconiser aux patients.
    Bon courage et bonne continautaion

    • Kristine Jouaux

      Bonjour Besbes Samir,
      Je ne prône pas la chimiothérapie, (je sais combien elle est toxique !) mais il y a tellement de personnes qui en subissent une que j’ai pensé partager notre expérience pour pouvoir aider, ou au moins donner des pistes pour ceux qui cherchent de l’aide.
      Je connais bien le Docteur Schwartz et son excellent protocole. Bravo de le préconiser aux patients et merci de le faire connaître !! Les malades vous remercieront, ils ont de la chance ceux qui vous connaissent !
      Bonne continuation !
      ))) Kristine (((

  3. Barba

    Merci pour tous ces conseils je suis en accord acec absolument tout ce que vous dites je vais assayer
    de les appliquer pour ma compagne

    • Kristine Jouaux

      Bonjour Barba,
      Merci pour votre commentaire, je suis contente si mes conseils peuvent servir ! Bon courage pour votre compagne, ne perdez pas espoir !
      ))) Kristine (((

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.