Le neem : un puissant insecticide végétal naturel

Encore peu connu sous nos latitudes, le neem est surnommé l’arbre-médecin par les anciens. Cet arbre (famille botanique des méliacées) est depuis longtemps utilisé comme un puissant insecticide végétal naturel. Originaire d’Inde et du sous-continent indien, on le trouve à présent dans les régions tropicales et sub-tropicales.

Neem
Le neem est connu en Inde depuis des siècles pour ses nombreuses vertus curatives. Baptisé parfois arbre aux merveilles ou le pharmacien du village, le neem contient de nombreuses substances anti-inflammatoires, antibactériennes ou immunostimulantes.

 

Comme je l’ai déjà dit, ma fille est en Inde depuis quelques mois, à la recherche d’initiatives agricoles écologiques innovantes. (Vous pouvez la retrouver sur I feed good). Dans la culture traditionnelle de l’Inde, le neem est considéré comme sacré et protecteur. Quelle chance de pouvoir en voir pousser dans la nature…! Winking smile

 

Le margousier :

Tout comme l’ashwaganda que vous retrouvez ici, le neem est une plante utilisée dans la médecine ayurvédique.

Son nom en latin est azadirachta indica. En sanskrit, son nom est le nimba tandis qu’en  français on l’appelle le margousier. Cependant, il est bien plus connu sous son nom anglais, le neem.

Il est connu en Inde depuis des siècles pour ses nombreuses vertus curatives. Baptisé parfois arbre aux merveilles ou le pharmacien du village, le neem contient de nombreuses substances  anti-inflammatoires, antibactériennes ou immunostimulantes. Les premiers textes médicaux en sanskrit parlent de « celui qui guérit tous les maux ». Ils font référence aux effets bénéfiques de ses fruits, de ses graines, de son huile, de ses feuilles, de sa racine ou de son écorce. Ainsi, tout dans le neem est utilisé depuis des siècles par la médecine ayurvédique pour traiter divers problèmes de santé !

 

Cultures et agressions :

Actuellement, l’usage du neem en tant que moyen de lutte contre les agressions des insectes fait probablement l’unanimité. Les dégâts des insectes sur les activités agricoles sont terribles. Les denrées alimentaires sont sujettes aux attaques de toutes sortes d’insectes. C’est pourquoi le neem est la solution pour une lutte biologique.

Depuis les années 1990, le neem est l’enjeu de convoitises commerciales pour l’industrie biochimique et pharmaceutique. Il a fait l’objet de véritables batailles juridiques de la part de certains industriels (tant américains qu’européens) qui avaient déposé des dizaines de brevets sur le neem ! En 2005, après de longues années d’efforts, la victoire est revenue à la société civile indienne. Celle-ci a finalement mis en échec la tentative d’appropriation des savoirs ancestraux par le système des brevets. Cette victoire a fait de cet arbre une des espèces emblématiques de la lutte contre la biopiraterie.

 

La longue bataille de Vandana Shiva !  

Le département de l’agriculture des Etats-Unis avait essayé de déposer un brevet sur un composé antifongique extrait des graines de neem. Mais la scientifique indienne Vandana Shiva s’est battue pendant des années pour réclamer l’annulation d’un tel brevet. En 2000, une coalition internationale soutenue par une pétition de plus d’un demi million de signatures de paysans indiens dépose un recours pour réclamer cette annulation.

La scientifique indienne Vandana Shiva s’est battue pendant des années pour réclamer l’annulation d’un brevet sur un composé antifongique extrait des graines de neem.

« Comment le gouvernement américain et la firme W.R. Grace peuvent-ils prétendre avoir inventé quelque chose qui est du domaine public depuis des siècles et étudié scientifiquement depuis plusieurs décennies ? », interrogeait Vandana Shiva. Deux jours d’audition avaient suffi à l’Office européen des brevets pour annuler le brevet qu’il avait accordé cinq ans auparavant, mais il a fallu encore cinq ans d’une coûteuse procédure pour faire confirmer cette annulation en appel en mars 2005 ! Vandana Shiva (1)

Le neem pourrait-il présenter un danger pour la santé humaine…?

A la Réunion, la direction de l’agriculture faisait circuler des avis de retrait de produits à base de neem ! Etait-ce pour inciter les paysans réunionais à se tourner vers des insecticides industriels dangereux ?

Se pourrait-il que le neem présente un quelconque danger ? Nulle part il n’est fait état d’une dangérosité notoire de cette plante. Pourtant, sous couvert de la santé publique ou de l’environnement, des drôles d’avis étaient passés en 2010. A la Réunion, la direction de l’agriculture faisait circuler des avis de retrait de produits à base de neem ! Etait-ce pour inciter les paysans réunionais à se tourner vers des insecticides industriels dangereux ? Et pourquoi, en France, le traitement des cultures  destinées à l’alimentation n’étaient pas autorisées à utiliser le neem ?

 

 

L’expérimentation populaire et les savoirs ancestraux deviendraient-ils douteux lorsqu’ils ne peuvent pas faire l’objet d’un brevet scientifique…?

hum, hum…

 

Au contraire, le neem fait l’objet de nombreuses études positives !

Déjà en 1952, le Pr Alfred Petelot écrivait :“ Les plantes médicinales du Cambodge, du Laos et du Vietnam ”. Il y citait le neem et en vantait les propriétés.

En 1964, Jehanger Fardunji Dastur publiait un ouvrage de vulgarisation, à propos des usages alimentaires du neem : “ Useful plants of India and Pakistan “. Il y écrit : “ les feuilles sont utilisées comme plante comestible et comme répulsif contre les insectes.”

Le site internet ReMeD (2) propose une recette d’insecticide à base de neem : “ L’intérêt d’Azadirachta indica (le neem) réside surtout dans ses propriétés insecticides, (…) avec des doses très faibles. Comme c’est un insecticide biodégradable, de nombreux produits commerciaux contenant de l’azadirachtine sont maintenant disponibles.”

 

Amla, l’arbre de longue vie !

L’amla, phyllanthus emblica, est une autre espèce d’arbre qui pousse en Inde, au Népal et au Sri Lanka. Il y est considéré comme sacré. C’est un arbre de longue vie suivant la classification des plantes dans la culture indienne et ayurvédique. Ses vertus sont reconnues par la médecine millénaire : l’Ayurvéda.

En effet, son fruit, l’amla, ou groseille indienne, est utilisé depuis des milliers d’années par les médecins ayurvédiques. Il est connu pour ses propriétés antioxydantes très puissantes. L’amla protège également des effets toxiques des métaux lourds et diminue les niveaux de cholestérol. Il diminue aussi les effets néfastes du stress oxydatif. De plus, non seulement il réduit les ulcères, il inhibe aussi la prolifération des cellules cancéreuses !

L’amla, ou groseille indienne, est utilisé depuis des milliers d’années par les médecins ayurvédiques. Il est connu pour ses propriétés antioxydantes très puissantes.

Avec tous ces bienfaits, je donne cher à parier que ce fruit soit à l’aube d’un succès dans notre monde occidental !

Depuis les années 2000, de nombreuses études (3) ne font que valider les dires traditionnels. Par exemple, ces fruits contiennent 20 fois plus de vitamine C qu’une orange. Son potentiel anticancer, antibactérien, cardioprotecteur, antidiabétique, anticholestérol…serait attribué au cocktail détonnant d’antioxydants contennus dans ces fruits.

 

 

 

L’amla pourrait bien être en passe de devenir une plante adaptogène. C’est-à-dire une plante qui a la capacité d’aider l’organisme à s’adapter à tout changement et même à tout traumatisme.

Je ne serais pas étonnée que les fabricants de compléments alimentaires fasse bientôt surgir ce super fruit… Affaire à suivre !



Conclusion

Comprendre et défendre l’herboristerie aujourd’hui est un enjeu !

Ma fille est en Inde en ce moment, alors je découvre des plantes originaires d’Asie. Et je m’émerveille devant la générosité de la nature et de ce qu’elle a la bienveillance de mettre à notre portée !!!

Pour tous ceux qui, comme moi, veulent prendre leur santé en main ainsi que la manière de se soigner, la (re)connaissance est essentielle. Si l’on veut vivre de manière plus naturelle et en harmonie avec la nature, il faut éviter de laisser tomber dans l’oubli les plantes médicinales !

C’est pourquoi, dans de prochains articles, je vous partagerai tout ce que j’apprends et que je découvre sur les bienfaits naturels.

Restez connectés ! Winking smile

 

 


sources et pour aller plus loin :

neem :

(1) tiré de https://www.plantes-et-sante.fr/decouvrir/neem-un-arbre-pour-resoudre-les-problemes-mondiaux

www.herbesdevie.com Thierry Thévenin, son livre : “Plaidoyer pour l’herboristerie.”

www.aplamedom.org

Jean-Michel Augereau : “Aux origines des plantes.”

(2) www.remed.org

http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=224

amla :

(3) http://www.nutranews.org/sujet.pl?id=924

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    28
    Partages
  • 28
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.