Ostéopathe, une aide en cas de cancer ?

Je me plais à considérer l’ostéopathe comme un biomécanicien.

A ce titre, il ne soigne pas le cancer en soi, mais il peut aider les patients atteints de cancer. Son rôle permettra au malade de mieux récupérer après  une chimiothérapie, une radiothérapie ou un traitement chirurgical.

Ostéopathe
L’ostéopathe, voyez-le comme un biomécanicien.

 

 

Ostéopathe et dépistage :

Idéalement, il peut participer au dépistage et à la prévention. Un bon ostéopathe peut déceler une anomalie dans les tissus s’il fait preuve de finesse dans son toucher. D’où l’importance de consulter un “bon” ostéopathe qui, en cas de doute, pourra vous orienter précocement vers un spécialiste… Cela peut permettre de gagner un temps précieux !

Un bon ostéopathe peut déceler une anomalie dans les tissus s’il fait preuve de finesse dans son toucher.

Il me semble intéressant de tenir compte de l’avis d’un ostéopathe, acteur de dépistage de premier rang, par son toucher thérapeutique. Essayez d’en trouver un bon, de haut niveau de formation et de compétences, imprégné des principes de la prévention et de la santé durable. Au palper, il est en effet à même de dépister des lésions précancéreuses, voire cancéreuses.

Souvent, les patients qui consultent un ostéopathe vont peu fréquemment chez le médecin. Le cas échéant, ils gagneront un temps précieux s’ils sont adressés à un spécialiste, au moindre doute de l’ostéopathe. Par une palpation précise, le bon praticien peut détecter des signes fonctionnels d’appel indétectables par les examens courants.

 

 

Efficacité spécifique de l’ostéopathie :

L’ostéopathe participe à la reprise en main du corps du patient en l’aidant à récupérer son intégrité fonctionnelle.

L’ostéopathe peut minimiser les séquelles des traitements lourds. Il participe à la reprise en main du corps du patient en l’aidant à récupérer son intégrité fonctionnelle.

Il peut agir dans de nombreux domaines :

  • douleurs articulaires
  • douleurs musculaires
  • suites douloureuses des traitements chirurgicaux
  • suites douloureuses post-radiothérapie
  • douleurs après chimios…

 

 

 

Le toucher…

On ne dira jamais assez combien le contact est important. Moi qui ai adopté un enfant dans un orphelinat russe, je suis consciente de l’importance du contact humain. (Dans certains orphelinats, les bébés rarement touchés développent de nombreuses pathologies…mais c’est un autre problème…)

Le toucher constitue l’instrument diagnostique et thérapeutique de l’ostéopathe.

Le toucher constitue l’instrument diagnostique et thérapeutique de l’ostéopathe. Il établit une communication sensorielle avec le patient, le rassure et l’accompagne dans sa récupération. Il est un bon vecteur de reprise de possession de son corps, pour le patient en convalescence.

Les massages peuvent également faire partie d’un protocole de récupération post cancer. En fait, tout ce qui peut faire du bien au corps et à l’âme, ne nous en privons pas !…

 

 

 

Stratégie thérapeutique anti-cancer :

Dans la stratégie thérapeutique des cancers, l’ostéopathie constitue un traitement complémentaire qui accompagne et facilite les traitements curatifs conventionnels.

Les médecines allopathique et naturelle ont tout intérêt à fonctionner en complémentarité, dans l’intérêt des malades. Mais attention, je parle de professionnels compétents et humains pour qu’une synergie positive s’instaure entre patient et thérapeute. La compétence et la confiance sont les piliers de la réussite.

 

 

 

Le malade et sa santé…

Il est fondamental que le malade prenne mieux en charge sa santé. Il se doit d’être tenu au courant correctement et honnêtement. Pas une information tronquée et restrictive. Non.

Si le patient est informé de manière complète, il est beaucoup plus fort.

Je suis persuadée que si le patient est informé de manière complète, il est beaucoup plus fort. Soit il effectue ses propres recherches, soit son entourage lui procure les informations. Idéalement, les médecins ou thérapeutes lui expliquent précisément la situation.

C’est à mon sens ce qui lui permettra de participer activement aux traitements choisis. 

C’est pour cela qu’une implication du malade est très favorable à l’efficacité de son traitement. Cela lui permettra aussi d’être moins stressé, de comprendre la situation au lieu de la subir passivement. Ainsi, les forces vives de son système immunitaire vont fonctionner à leur optimum.

La prise de conscience de nos propres capacités va optimiser nos chances de guérison, ou prolonger notre période de rémission.

 

 

Ma réflexion :

Arrêtons de nous en remettre entièrement entre les mains d’autrui… Il faut croire en nos capacités et cesser de déléguer autant notre pouvoir !

La guérison est en nous.

Les blouses blanches et la chimie ne sont que des béquilles. De merveilleuses béquilles qui sauvent des vies, surtout grâce aux progrès de la chirurgie réparatrice ! Mais ils ne sont pas la seule alternative. Et l’efficacité des soins traditionnels peut être largement améliorée en synergie avec d’autres soins…

 

N’oublions pas que ce que notre corps a créé, notre corps peut le défaire. C’est mon intime conviction.

 

 

 

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.